4 jours a Champassak, Wat Phu et Si Phan Don

Cette région des 4000 îles (Si Phan Don), de Wat Phu et Champassak nous faisait tellement rêver depuis nos premiers pas en Asie… Après pas mal de tergiversations, nous privilégié une grosse escale de 4 jours à Champassak plutôt que de multiplier les spots.

🇱🇦 Champassak plutôt que Paksé

Pour visiter le sud du Laos, nous avons privilégié Champassak à Paksé (et pour moi comme premier contact avec le Laos). Notre instinct de ne pas se poser dans la ville frontière a été salvateur et l’article de Brice a fini de nous convaincre et de réserver dans cet endroit paradisiaque : le River Resort. Moche moche moche. Le pick-up nous attendait au sortir de la gare routière de Paksé après le trajet depuis Ubon Ratchatani et une demi-heure après, nous arrivons au paradis.

Au programme, deux piscines, une joli vue sur le fleuve majestueux, un lever de soleil au top… Le cadre est incroyable, il y a aussi un spa et bien sûr des cocktails le soir pour se remettre de nos escapades. Une dizaine de villas font face au fleuve où l’on ne se lasse pas de contempler les pêcheurs ou juste le courant… La carte est certes un peu occidentalisée mais les alternatives proches sont inexistantes… même si les vélos sont gratuits ! (le diaporama est en bas de l’article). Les 4 jours à Champassak s’annoncent dur dur !

Champassak, c’est une ancienne capitale royale du Laos, du royaume de Champassak d’ailleurs et… bien c’est une loooongue rue le long du fleuve, bordée d’anciennes bâtiments administratifs coloniaux, et de jolies maisons à étage, en teck. Il y a un vieux “théâtre de marionnettes” sur le fleuve, si si, au niveau du rond point (non, de la “place centrale 😆). Du coup, à arpenter à vélo, c’est assez magique, les voitures sont rares et les rires des écoliers omniprésents.

Quelques guesthouses (et surtout côté route, pas côté fleuve) et pas des masses de quoi se poser, si ce n’est chez Champassak with Love (notre coup de ♥️). Il y a une banque (avec une belle décoration) et une boutique que l’on vous recommande, “Chez Maman” où discuter des tissages des ethnies lao est un ravissement pour les yeux, les doigts et les oreilles tant les matières et les histoires sont belles. De quoi se laisser porter… et complètement oublier Paksé !

🚲 A Wat Phu, j’ai mal au c*L 🚲

Le temple de Wat Phu (fou), au pied de la montagne sacrée, sur les terres fertiles des berges du Mékong, est installé à quelques kilomètres de la “ville” éponyme et un peu plus (13) du coeur de Champassak. Après Angkor Thom et autour au Cambodge, et après My Son au Vietnam, il nous manquait Wat Phu sur la route angkorienne.

Situé géographiquement entre les deux, il est d’un intérêt tout aussi intermédiaire, mais c’est de loin le plus pieusement fréquenté et encore le plus actif… et de loin le plus douloureux, après Schumacher à Angkor et l’orage de My Son, ici, les 13 km en vélo (aller!) nous laisseront un souvenir impérissable… pour nos muscles fessiers c’est certain !

Comme dans toute la spiritualité angkorienne, le linga est au coeur architectural et à Wat Phu, il est double : le sommet de la montagne en a la forme du linga (sexe) masculin la (mini) chute d’eau à son pied a été elle sculptée en un linga féminin. Montagne et source sacrée sont les aboutissement de ce site qui s’étale sur 1,4 km avec 100 mètres de dénivelé ! Un petit musée à l’entrée offre quelques explications, mais surtout de l’ombre et des toilettes modernes, et un minibus nous conduit à l’entrée du site et nous reprend en fin de visite. Bien huilé tout cela, mais sans la foule des grands sites, donc très plaisant.

🏖 SI PHAN DON : 4000 îles et un jour 🛶

Magnifique endroit du monde que ces 4000 îles (Si Phan Don pour le trouver sur un carte) ! Nous sommes partis au petit matin de Champassak pour descendre directement jusqu’au port de Nakassong et embarquer vers Don Kong, la plus grande des 4000 îles.

Ces paysages superbes sont sans rappeler ceux du même Mékong vus entre Chau Doc et Phnom Penh, mais avec nombre bungalows et retraites pour occidental en mal de farniente et de hamac. L’île est charmante, des buffles, de l’eau, des temples… et un vieux pont construit par les français, ainsi que des traces du développement économique local : pour franchir les 10 km de large de cascades mékonguiennes, des chenaux et le chemin de fer y ont été construits.

Le programme touristique pour Si Phan Don avec notre guide perso est bien huilé mais plaisant, descendre le fleuve en bateau de pêcheur, louer des vélos et vadrouiller à travers villages et rizières, déjeuner au bord du fleuve. On prend notre temps mine de rien et cette grosse demi journée suffit à  découvrir l’île, en prendre plein la vue, et à croiser nombre de touristes rougeauds cherchant l’ombre de leur cahute…

💦 Chutes de LI PHI ET DE KHONE PHA PHENG 💦

Nous continuons avec notre van avec chauffeur vers les Li Phi Falls,  bras du Mékong en furie entre plusieurs îles, qui laissent deviner le Cambodge sur l’autre rive. La promenade est superbe, les chutes impressionnantes (un drone serait idéal 😛) mais gâchée (un peu) par deux zones à touristes : une “swimming zone” ubuesque et une “plage” en fin de parcours… Aaaaah! se poser sur une plage de terre près d’une paillote braillant de l’eurodance…

Il faudra débourser 35000 LAK pour passer le pont permettant d’entrer sur la zone, mais (chacun ses goûts), il faut choisir la période cela peut aussi ressembler à un grand camp de vacances, certains sites anglophones vantant le lieu comme un incontournable (je cite travelfish : “for a fantastic dry-season only hangout spot with everything a backpacker could want for: a bar, restaurant, pool table, WiFi, sala huts, loungers, volleyball, all very tidy and not trashy like Don Dhet”)… mmmm tout ce qu’on aime et on est contents de voir les chutes maronnasses et les hautes eaux de la fin de la saison des pluies.

Deuxième incontournable de la zone, les Khone Pha Pheng falls. Si le site est encore plus aménagé qu’aux Li Phi (un mini bus électrique nous emmène au view point), nous découvrons que l’ensemble des cascades en ce point du mékong forme les plus larges chutes d’eau au monde et que le débit est l’un des plus importants.

Il y a une histoire d’arbre sacré que l’on a essayé de comprendre, puisqu’un temple est érigé à l’entrée du site avec un arbre dans un sarcophage de verre : on s’imagine un drame unique, une rencontre entre Blanche Neige et “Je s’appelle Groot”.

Un reportage photographique nous expliquera plus probablement que l’arbre était au milieu de la cascade, a été endommagé, hélitreuillé et repose désormais là. Sacré, quoi. En tous cas, là aussi, en le faisant en fin de journée et après une belle pluie, nous sommes contents de ne pas rencontrer de foules en délire ; la taille du parking et le nombre de stands “coconut fresh water” indiquent à quel point le site peut être surfréquenté.

✨ Tips : 4 JOURS A Champassak ✨

  • L’hôtel 🛎 de ouf pour nos 4 jours à Champassak est ici
  • les 🚲 sont free
  • Chez Maman pour le 🛍
  • La pause riz-frit fruit-shake 🍹 chez Champassak with Love
  • l’expédition Si Phan DOn 4000 🏝 : 120$ le van privé pour la journée aller-retour de Champassak (en mode luxe)
  • 40000 LAK l’aller-retour en bateau
  • 35000 LAK l’entrée aux Li Phi falls
  • 25000 LAK l’entrée aux Khone Pha Pheng falls